Imprimer cette page

Suite du conflit foncier opposant la Socapalm aux populations du village Pongo-Aviation à Kienké (Kribi)

Voter cet article
(0 votes)

Fidèle à sa logique entrepreneuriale belliqueuse, la Socapalm a tenté d'arracher illégalement des terres appartenant aux populations riveraines...

                                                

                                    La Socapalm voulait arracher les terres des riverains : bref rappel appel des faits!
Les populations du village Pongo-aviation, sous la conduite de l’un des leurs, Monsieur PFOUMA Pierre, avaient obtenus il y a de cela quelques années avec l’appui d’un investisseur privé du nom de TCHINDA Alexis, 7 titres fonciers sur 98 Ha de leurs terres, dont 01 pour l’investisseur et 06 pour les populations du village. Ces populations ont par la suite négocié un partenariat avec un promoteur immobilier, appelé FAGUE René, pour le lotissement  des terrains faisant l’objet desdits titres fonciers. Au tout début du mois d’août 2016, le conducteur de l’engin affrété à cet effet par le promoteur immobilier, étant alors en plein travaux de lotissement, sera arrêté et conduit à la gendarmerie. Ledit conducteur, monsieur PFOUMA Pierre, le promoteur immobilier, ainsi que plusieurs autres personnes seront successivement entendus par la gendarmerie. La pomme de discorde étant que la Socapalm se revendique propriétaire des parcelles de terre pour lesquelles ces populations ont légalement obtenu la délivrance des titres de propriété.
                               Suite de l’affaire : intervention du MINDCAF et descente d’une mission d’investigation
Suite à l’arrêt des travaux de lotissement de leurs propriétés sur réquisition des dirigeants de la Socapalm, les populations de Pongo-Aviation vont tenter plusieurs initiatives en vue de la restauration de leur droit de propriété. Leur première démarche consistera en une plainte déposée contre la Socapalm devant le tribunal de grande instance de Kribi. Face aux lenteurs judiciaires, ces victimes vont saisir le Ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncière (MINDCAF) pour solliciter son intervention en vue de rétablir la vérité des faits et authentifier les titres de propriété délivrés par son administration à ces populations. Par une correspondance du 11 janvier 2017, le MINDCAF va répondre positivement à la sollicitation des riverains, en leur promettant d’ordonner la descente sur le terrain d’une mission d’investigation (voir correspondance du MINDCAF ci-dessous).



Le 1er mars 2017, tel que promis par madame le Ministre, une commission conduite par monsieur BARA, Directeur des affaires foncières du MINDCAF et comprenant un représentant du Préfet du département de l’Océan, le sous-préfet de Kribi 1er, le délégué départemental du MINDCAF de l’Océan, les chefs traditionnels et leurs notables ainsi que les représentants des populations de Pongo-aviation. Les dirigeants de la Socapalm Kienké qui avaient pourtant été conviés aux travaux ont brillé par leur absence et ne se sont même pas fait représenter. Cette absence s’apparente fortement à un mea culpa des responsables de la Socapalm qui reconnaissent leur forfaiture et par conséquent veulent éviter une confrontation au cours de laquelle leur tentative d’extorsion des terres des populations leur exploserait à la figure.
Qu’à cela ne tienne, les travaux de la commission se sont déroulés sans encombre. Les responsables de cette commission ont alterné entre audition des populations riveraines et des autorités administratives locales et repérage des limites entre les propriétés de la Socapalm et celles des populations riveraines conformément au décret présidentiel N°47/412 du 17 octobre 1977 portant incorporation au domaine privé de l’Etat de 21.720 Hectares au profit de la Socapalm à Kienké et conformément à l’Avenant N°1 au bail emphytéotique de la Socapalm. Les conclusions de la commission ont été transmises au Ministre des domaines et sa décision interviendra dans les prochains jours. Nous espérons vivement que justice sera rendue à ces populations du village Pongo-Aviation.